Hommage rendu à Samuel Paty par un millier de citoyennes et citoyens à Montauban le 18 octobre 2020.
France
S'identifier
Changer de territoire
WebTvArticlesAnnuaire
| Tarn-et-Garonne (82) | Liberté d'Expression | Samuel Paty  Vu 25533 fois
Article N°24606

Hommage rendu à Samuel Paty par un millier de citoyennes et citoyens à Montauban le 18 octobre 2020.

A Montauban le Tarn-et-Garonne a rendu hommage à #SamuelPaty, professeur d'Histoire assassiné vendredi 16 octobre 2020 en région parisienne.

Un peu plus de 1000 personnes étaient rassemblées place des fontaines à Montauban en hommage au professeur #SamuelPaty victime de la barbarie islamique pour avoir fait son métier, défendu la laïcité et la liberté d’expression.

Par milliers partout en France des citoyennes et citoyens se sont rassemblés en ce dimanche 18 octobre 2020  pour dire non à la haine et oui à nos valeurs de #Liberte. Enseignantes et enseignants, lycéens et lycéennes, citoyennes et citoyens au combat, uni.e.s dans un hommage poignant à #SamuelPaty, assassiné par l’islamisme.

Tous réunis #Republique pour #FaireBloc, soutenir nos enseignants et confirmer notre volonté de lutter contre les séparatismes.
#Samuel_Paty

Nous devons toutes et tous soutenir tous les enseignants, premiers maillions dans la transmission de nos valeurs républicaines. Nous devons toutes et tous être aux côtés du monde éducatif pour continuer à transmettre les valeurs de la République et défendre la liberté d'expression en France.

Prise de parole dimanche 18 octobre 2020 à 15h00 place des Fontaines - Montauban par Maximilien Reynès-Dupleix, représentant du personnel de l'Education Nationale en Tarn-et-Garonne.
 

Enseigner c’est résister !

Madame, Monsieur, citoyennes citoyens, chers amis,
C’est avec effroi que nous avons appris l'attentat dont a été victime Samuel Paty professeur d'Histoire et Géographie du collège de Conflans St Honorine.
Notre rassemblement d’aujourd’hui témoigne de la profonde blessure infligée par cet acte barbare à l’un des nôtres. Nous exprimons ici notre soutien à sa famille, ses proches aux personnels du collège, aux élèves.
Cet enseignant a été tué pour avoir exercé son métier, en cours d'Education Morale et Civique, un temps scolaire destiné à échanger et débattre afin d'éveiller l'esprit critique des élèves : il a exposé dans ce contexte les caricatures de Mahomet, comme il le faisait depuis des années, dans le respect des croyances des uns et des autres, et de la laïcité, dans le respect des valeurs de la République.
C’est donc un assassinat lâche et abject qui porte aussi atteinte aux principes fondamentaux de la République comme la liberté d’expression, la liberté de conscience, la laïcité.
Au-delà de l’émotion légitime, nous demandons que tout le soutien nécessaire soit apporté aux personnels et au service public d’éducation.
Au-delà de l’horreur de l’acte, nous demandons la réaffirmation par nos gouvernants d'apporter partout, pour tous, l'instruction, la raison, la réflexion et tout ce qui permet de construire l'autonomie de jugement.
Au-delà des interrogations légitimes sur l’enchaînement des faits qui ont précédés ce meurtre, nous demandons à chacun.e de s'abstenir de toute instrumentalisation politique, comme nous récusons avec force toute stigmatisation des musulmans.
La période des vacances de la Toussaint éloigne les enseignants et leurs élèves. Cela laisse des millions d’enfants seuls face à leur angoisse et les empêche de libérer la parole tout de suite. Cela donne aussi le temps de réfléchir à la réponse que nous devons à toutes et tous.
Cette réponse devra avoir la force de nos valeurs républicaines. Elle devra à la fois être immédiate et aussi se structurer dans le temps avec l’ensemble des partenaires de l’école : parents, éducateurs, associations, élus-es. Ce sera une réponse collective pour favoriser la prise de conscience nécessaire et refuser l’obscurantisme.
Nous appelons d’ores et déjà à faire grandir notre réponse citoyenne, celle de la République une et indivisible, fraternelle, et laïque pour qu’elle soit entendue, reçue partout, par tous.
Enfin, nous savons avec certitude que le 2 novembre prochain les enseignants feront leur métier, avec abnégation, parfois la peur au ventre, mais toujours avec la ferme conviction de leur indispensable mission.
Ils combattront la ségrégation dans l'Ecole.
Ils y feront vivre les valeurs de la République pour de vrai, à chaque heure, dans chaque matière, dans chaque classe, dans toutes les écoles, tous les collèges et tous les lycées.
Ils participeront plus que jamais à la construction de l'Ecole de la fraternité.
Car notre objectif est que demain, il n’y ait plus d’assassins extérieurs à notre société qui agissent. Notre mission est de porter, d’enseigner les valeurs qui rendront de tels actes impossibles.
Nous savons que l’appel à l’intelligence et à la raison, est le quotidien de l’action des enseignant.e.s, et renforcera la sécurité collective.
Car pour tous les professeurs, enseigner c'est toujours résister.

Madame, Monsieur, citoyennes, citoyens, chers amis, merci de votre attention

Michel Lecomte

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant
rechercher un article, une vidéo...
Rechercher un TERRITOIRE ou un BLOG